Algérie : Un libérien condamné à la peine capitale pour espionnage au profit d’Israël

Six autres accusés ont été condamnés à dix (10) ans de prison ferme et à 200 mille dinars algériens (environ 1000 euros) d’amende

AA / Alger / Karim Kabir

Un ressortissant libérien, d’origine libanaise, chef d’une cellule d’espionnage au profit d’Israël, a été condamné par la Cour criminelle de Ghardaïa (600 Km sud d’Alger) à la peine capitale, rapporte jeudi le quotidien El Watan.

Six autres accusés ont été condamnés à dix (10) ans de prison ferme et à 200 mille dinars algériens (environ 1000 euros) d’amende, selon la même source.

Composée de sept membres dont trois Maliens, deux Guinéens, un Ghanéen, et le Libérien, cette cellule a été appréhendée par les services de sécurité algériens le 1er janvier 2016 lors d’une descente dans «un nid de la criminalité», une maison abandonnée sur les hauteurs de cette ville, porte du désert, a précisé le journal.

Ils ont été poursuivis pour les chefs d’inculpation d’«espionnage au profit d’Israël», «création, constitution et organisation d’une bande criminelle portant atteinte à la sécurité nationale», «impression, possession et diffusion de documents subversifs faisant l’apologie du terrorisme et appelant à l’atteinte à la sécurité de l’Etat», «entrée et séjour irrégulier sur le territoire national» et usurpation d’identité pour deux d’entre eux, selon le journal.

Si le libérien, répondant au nom Aâlam Eddine Fayçal, a déclaré «voulant se rendre en Europe», les six autres ont soutenu «être venus en Algérie pour travailler», d’après le compte-rendu de l’audience rapporté par le journal.

Le principal accusé a été longuement interrogé par les juges sur un registre en sa possession sur lequel était mentionné Israël et des grades militaires ainsi que des chiffres se rapportant à la collecte d’argent, souligne la même source.

Les accusés ont également avoué avoir rencontré un autre ressortissant malien, toujours en fuite, et qui consultait le registre.

Le représentant du ministère public a rappelé la gravité de cette «affaire» en estimant que «c’est une association criminelle venue en Algérie pour provoquer la déstabilisation du pays au profit de l’ennemi Israël(…)», ajoute le journal.

Selon la même source, les accusés ont bénéficié pour leur défense d’un avocat commis d’office par la Cour et de l’assistance d’un interprète.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler