Barzani: Aucun accord avec Washington sur le retour des Peshmergas aux zones contestées avec Bagdad

Le président du District du Nord de l'Irak a exprimé son soutien aux mesures annoncées par Bagdad.

AA/Arbil-Irak/ Aref Yussuf

Le président du District du Nord de l'Irak, Massoud Barzani, a nié, mardi, l'existence d'un accord entre son gouvernement et les États-Unis sur le retour des Peshmergas (combattants kurdes) aux zones de conflit avec Bagdad.

Barzani a également exprimé son soutien aux mesures prises par Bagdad, et ce lors d'une conférence de presse organisée au terme d'une réunion du gouvernement régional dans la ville d'Erbil.

"Nous soutenons les mesures prises par Bagdad pour maintenir la sécurité dans les zones de conflit, et nous sommes prêts à faire le nécessaire à cet effet", a déclaré Barzani.

"Le gouvernement irakien maintient le paiement des salaires des fonctionnaires du District et je pense qu'il n'y a aucune autre décision à cet égard", a ajouté Barzani.

Concernant la visite d'une délégation du gouvernement régional à Bagdad, Barzani a indiqué qu'il en avait entendu parler dans les médias et que si c'est arrivé cela est normal" soulignant que "la communication continue entre les deux parties à tous les niveaux".

Barzani a poursuivi en affirmant que "pour le moment, aucune visite à Bagdad n'est prévue".

Le gouvernement irakien a récemment envoyé de l'argent au District du Nord pour payer les salaires des fonctionnaires du gouvernement. Une première depuis 2014, bien que le conflit autour du montant entre Bagdad et le District du Nord n'a pas été résolu.

"Il n'y a aucun accord ou de discussions officielles entre les Peshmergas, Bagdad et les Etats-Unis sur le retour dans les zones de conflits en dépit des craintes de la détérioration de la situation là-bas", a fait savoir Barzani.

Des sources médiatiques américaines affirment que la Coalition internationale dirigée par Washington, cherche à faire participer les Peshmergas dans le maintien de la sécurité dans les zones contestées, suite à l'augmentation des attaques armées menées par Daech sur la route reliant Bagdad à Kirkouk, d'un côté et Diyala à Bagdad de l'autre.

Les forces Peshmergas et Asayesh ont pris le contrôle des zones contestées, depuis 2003, mais se sont retirées après le redéploiement des forces irakiennes au lendemain du référendum de sécession.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler