Beyrouth rejette les revendications israéliennes sur les champs de pétrole et de gaz

Le Liban continuera à découvrir, explorer et forer dans la zone contestée du Bloc 9, selon un communiqué du palais présidentiel

AA / Beyrouth / Furkan Guldemir

Les dirigeants libanais ont rejeté mardi les revendications israéliennes sur les champs de pétrole et de gaz et ont signalé des violations de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, selon une déclaration officielle.

Le président Michel Aoun a rencontré le président du Parlement, Nabih Berri, et le premier ministre Saad Hariri pour discuter des récents développements politiques, des litiges et des menaces d'Israël, a indiqué un communiqué publié par le palais présidentiel.

Le communiqué a critiqué l'affirmation du ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman au sujet des champs de pétrole et de gaz dans la zone économique exclusive connue sous le nom de Bloc 9, soulignant que le Liban continuerait à explorer et à forer dans la région.

Les trois dirigeants libanais ont déclaré que les menaces israéliennes représentaient une violation flagrante de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Aoun, Berri et Hariri ont promis de prendre des mesures juridiques aux niveaux régional et international pour empêcher les violations israéliennes. Dans ce contexte, le Conseil de la Défense Supérieure discutera des mesures pour bloquer l'agression israélienne, indique le communiqué.

La semaine dernière, Liberman a qualifié le processus d'exploration pétrolière et gazière du Liban de "très provocateur", affirmant que la zone d'exploration du Bloc 9 était en territoire israélien et appelant les compagnies internationales à boycotter le processus.

Le Liban a lancé le processus d'octroi de licences aux sociétés étrangères pour explorer le gaz naturel dans la région et a également approuvé deux décisions du Cabinet à cet effet.

Un consortium composé des opérateurs français Total, italien ENI et russe Novatek a reçu la permission en décembre 2017 d'explorer et de forer du pétrole dans le Bloc 4 et le Bloc 9, qui sont parmi les 10 régions pétrolifères gisant sous les eaux territoriales libanaises.

Les autorités libanaises estiment que les eaux territoriales du pays recèlent des réserves annuelles de 96000 milliards de mètres cubes de gaz naturel et de 865 millions de barils de pétrole.

Le Liban a des différends avec Israël sur plus de 860 kilomètres carrés d'eaux territoriales. Les deux affirment avoir le droit sur le plateau continental contesté. Israël revendique trois blocs parmi les cinq où le Liban a lancé des processus d’octroi de licences.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler