Cavusoglu: Les États-Unis doivent comprendre les inquiétudes de la Turquie

Le MAE turc a insisté que si les États-Unis n'éliminent pas les menaces, c'est la Turquie qui le fera

AA – Ankara – Nur Gülsoy

"Les États-Unis doivent comprendre les inquiétudes de la Turquie", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu.

Le chef de la diplomatie turque a accordé une interview à la chaîne de télévision turque, TGRT Haber, mardi.

Il s'est félicité de l'avancement de l'opération Rameau d'olivier lancée le 20 janvier, dans la région d’Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, pour éliminer les organisations terroristes PKK/KCK/PYD-YPG et Daech, et pour sauver les civils de l'oppression et de la cruauté des terroristes dans cette région.

Cavusoglu a rappelé que des éléments de l'organisation terroriste YPG se trouvent toujours à Manbij, malgré la promesse faite par les États-Unis concernant leur retrait.

"Les États-Unis doivent comprendre notre inquiétude et doivent faire le nécessaire, a-t-il déclaré. La coopération entre les États-Unis et le YPD/PKK est l'une des origines du problème."

Le ministre a insisté que si les États-Unis n'éliminent pas les menaces, c'est la Turquie qui le fera.

Cavusoglu a également critiqué la campagne menée contre l'opération Rameau d'olivier à travers les civils.

"Nous agissons sensiblement pour épargner les civils et pour ne pas leur causer de dégâts, a-t-il affirmé, précisant qu'un millier de terroristes ont été neutralisés jusqu'à maintenant. À chaque fois que nous lançons une opération contre l'organisation terroriste PKK/YPG, certains n'arrivent pas à dire de ne pas 'lancer une opération antiterroriste', mais essaient de montrer que l'opération n'a pas d'importance, en se servant des civils, ou essaient de nous critiquer à travers les civils."

Cavusoglu a insisté que la Turquie continuera à lutter contre l'organisation terroriste qui force les civils à combattre ou qui en fait des boucliers humains.

"Nous ne nous sentirons pas en sécurité tant que cette menace n'est pas totalement éradiquée", a-t-il poursuivi.

Il a souligné que les allégations diffusées par la chaîne CNN International, selon lesquelles il y aurait des morts parmi les civils à Afrin, relèvent de la propagande faite par le PKK et le YPG.

Le ministre a également noté que le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi est au courant de la relation entre le PKK et le YPG dans le Nord de l'Irak, et qu'il envisage la fermeture de cette frontière.

"La Turquie et l'Irak sont d'accord sur le lancement d'une opération conjointe contre le PKK et cela se réalisera au bon moment", a fait savoir Cavusoglu.

Interrogé sur un éventuel contact diplomatique avec le Régime syrien, Cavusoglu a affirmé: "Nous ne constituons aucune menace contre le Régime, mais celui-ci doit faire cesser les violations de la trêve dans la Ghouta orientale et à Idleb, pour qu'on puisse passer à un processus politique sain. Je constate que nous n'avons pas de divergence concernant le YPG non plus."

Le ministre turc a ajouté qu'une réunion se tiendra à Astana à la deuxième semaine du mois de mars.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler