Côte d’Ivoire : «Faim zéro» en 2030 (rapport)

L’indice de la faim en Côte d’ivoire est passé de 31 en 2000 à 25,3 en 2016, traduisant une baisse d’environ 20%

AA / Abidjan / Fulbert Yao

«Faim zero, feuille de route pour l’élimination de la faim et de la malnutrition en Côte d’Ivoire : horizon 2030», est l’intitulé d’un nouveau document sur la nutrition en Côte d’Ivoire, lancé lundi à Abidjan par le vice-président Daniel Kablan Duncan.

D’après cette publication, la Côte d’Ivoire reste dans une «situation grave de la faim», et «vit le double fardeau de la malnutrition représentée par la sous-nutrition et la surnutrition qui touchent toutes les catégories d’âge de la population», a révèle un document.

Selon une analyse de la situation de la sécurité alimentaire et de la nutrition, le document révèle qu’«en matière de sous-alimentation ou de faim en Côte d’ivoire, la prévalence a légèrement baissé de 17,6% à 15,4% sur la période 2000-2015 avec la projection attendue de 12% à l’horizon 2030 en cas de maintien de la tendance actuelle.»

«L’indice de la faim en Côte d’ivoire est passé de 31 en 2000 à 25,3 en 2016, traduisant une baisse d’environ 20%. Cependant le pays reste dans une situation grave de la faim, selon l’échelle de sévérité qui fixe la limite maximale à 19,9 en ce qui concerne l’insécurité alimentaire. La prévalence nationale pour l’année 2015 est 12,8% avec des taux au-dessus de la moyenne nationale dans les régions du nord, nord-est et ouest qualifiées de vulnérables.»

Le document précise, par ailleurs, que l’insécurité alimentaire est la plus répandue, en touchant 12,8% de la population en Côte d’ivoire».

«Abidjan reste la zone la plus touchée avec un taux de 40%. Les carences en micronutriments encore appelés «faim cachée» demeurent également problématiques.

Les déterminants de cette insécurité alimentaire, d’après le document, portent principalement sur l’accessibilité et la stabilité de la production alimentaire.

La disponibilité subit par ailleurs les effets néfastes du changement climatiques, surtout dans les régions du nord.

Pour éliminer la faim, le texte précise, par ailleurs, que d’ici à 2030, le Gouvernement entend doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires, en particulier des femmes, des autochtones, des exploitants familiaux, des éleveurs et des pêcheurs, en assurant l’égalité d’accès aux terres et autres ressources à toutes les populations.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler