France: Jawad Bendaoud, le logeur des terroristes, relaxé

Jawad Bendaoud, qui comparaissait pour avoir hébergé trois des membres du commando du 13 novembre, a été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris mercredi, ont révélé les médias français.

AA/France/Fawzia Azzouz

Jawad Bendaoud, qui comparaissait pour avoir hébergé trois des membres du commando du 13 novembre, a été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris mercredi, ont révélé les médias nationaux.

Le 18 novembre 2015, soit 5 jours après les sanglants attentats de Paris qui ont fait 130 morts et plus de 400 blessés dans plusieurs points de la capitale, la France va découvrir le visage de Jawad. Le RAID et les élites de la police française sont à Saint-Denis pour mettre fin à la cavale d'Abdelhamid Abaaoud et de ses complices, soupçonnés d'être le "cerveau" des attaques meurtrières du 15 novembre.

Alors qu'Abaaoud est retranché dans un appartement avec sa cousine Hasna Aït Boulahcène et un autre complice, Chakib Akrouh, BFMTV interviewe à l'extérieur, un homme, Jawad Bendaoud, qui leur explique "oui c'est mon appartement mais je ne savais pas que c'étaient des terroristes. On m'a demandé de rendre service, j'ai rendu service".

Bendaoud a été interpellé et placé en détention provisoire quelques heures plus tard.

Il comparaissait depuis le 24 janvier devant le tribunal correctionnel de Paris aux côtés de Youssef Aït Boulahcène, frère de Hasna, et accusé de ne pas avoir alerté les autorités alors qu'il avait connaissance de l'aide apportée par sa soeur au commando terroriste et également de Mohamed Soumah, accusé comme Jawad Bendaoud, d'avoir fourni un logement aux terroristes.

Le tribunal a rendu son verdict mercredi 14 février à la surprise générale en relaxant Jawad Bendaoud des faits pour lesquels il était poursuivi. Mohamed Soumah écope de 5 ans de prison tandis que Youssef Aït Boulahcen qui comparaissait libre est condamné à 4 ans d’emprisonnement dont un an avec sursis.

La Cour a considéré que les deux condamnés ne pouvaient ignorer qu’Abaaoud et ses comparses étaient des terroristes alors qu’il « n’est pas prouvé que Jawad Bendaoud a fourni un hébergement à des terroristes ».

Jawad a fondu en larmes et embrassé son avocat après que la présidente Isabelle Prévost-Deprez ait prononcé la phrase « Jawad Bendaoud vous êtes relaxé ».

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler