France/Asile et immigration : Collomb exprime sa "confiance en la majorité"

Le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb, a déclaré avoir confiance en la majorité parlementaire et s’est prononcé contre l’exclusion des députés qui voteraient contre le projet de loi «Asile et immigration»

AA / France / Suheda Dinc

A la veille de l’examen du texte en plénière devant l’Assemblée, le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb, a déclaré avoir confiance en la majorité parlementaire et exprimé son refus d'exclure les députés qui voteraient contre le projet de loi «Asile et immigration».

Collomb s’exprimait dans le cadre d’une interview sur les colonnes du "Journal du Dimanche" (JDD).

Le très controversé projet de loi qui prévoit, entre autres, le doublement de la durée de rétention des étrangers en attente d’expulsion et la réduction des délais de demande, suscite de vifs débats et des division au sein de la majorité.

Si Yaël Braun-Pivet, députée La République en Marche! (LREM) des Yvelines (Nord) indique que l’immense majorité votera pour la loi «Asile et immigration », d’autres comme Mathieu Orphelin, député LREM de Maine-et-Loire (Nord-ouest) précise qu’il ne votera pas pour le projet, rapporte Le Point.

Plus de 200 amendements avaient été déposés à la Commission au sujet du projet qui se veut, selon le gouvernement, une conciliation entre «humanité et efficacité».

«Nous sommes parvenus à construire des compromis sans jamais nous compromettre. J'ai toute confiance en la majorité qui saura, j'en suis sûr, faire preuve de responsabilité», a affirmé Collomb dans le JDD, rappelant que le «texte a fait l'objet d'une intense concertation».

Ce dernier a également rejeté l’idée d’éventuelles sanctions applicables aux députés qui voteraient contre le texte.

Les sanctions en question avaient été portées à l’ordre du jour, mardi dernier, par le secrétaire général LREM, Richard Ferrand, qui avait incité les contestataires à renoncer à défendre des amendements dans l'hémicycle à défaut d’exclusion, rapporte "Le Point".

En tant que «garant de la ligne définie par le président de la République et des arbitrages rendus par le Premier ministre» le ministre de l’Intérieur a, de nouveau, défendu l’action du gouvernement, qui contrairement aux reproches, serait loin d’être répressif.

Le Ministère de l’Intérieur avait précisé, dans un communiqué publié le 21 février, que le projet poursuit trois objectifs, à savoir la réduction des délais d’instruction de la demande d’asile, le renforcement de la lutte contre l’immigration irrégulière et l’amélioration de l’accueil des étrangers admis au séjour pour leurs compétences et leurs talents.

Adopté en commission le 6 avril après 28 heures de débats et l’étude de 850 amendements, selon "Le Monde", le projet de loi «asile et immigration» sera présenté lundi en plénière à Assemblée .

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler