La Tunisie classée parmi les pays à risque élevé par la Coface

Les causes sont attribuées à la hausse des matières premières, la flambée inflationniste et des finances publiques "préoccupantes"

AA/Tunis/Bouazza Ben Bouazza

Dans sa dernière évaluation du risque pays relatif au 1er trimestre 2018, la Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur (Coface) a dégradé le risque Tunisie de B (assez élevé) à C (élevé) sur une échelle de 8 niveaux (de A1: risque très faible) à E (risque extrême).

Cette société d’assurance-crédit qui dispose d'un puissant réseau dans le monde et dont la mission est de protéger les entreprises d’éventuels impayés de la part d’autres sociétés clientes, justifie cette dégradation par "la hausse des matières premières (qui) pénalise les pays importateurs comme la Tunisie".

Elle note, également, une situation macroéconomique difficile, avec une inflation qui atteint 7,6% et impactera la consommation des ménages ainsi qu'une situation des finances publiques et une position extérieure du pays jugées "préoccupantes".

Au plan mondial, la Coface relève également une dégradation de la confiance qu'elle explique en partie à la fièvre protectionniste qui traverse la planète depuis l’élection de Donald Trump et le spectre d’une guerre commerciale mondiale.

Elle s’attend à ce que le président Trump continue d’annoncer des mesures protectionnistes à l’approche des élections de mi-mandat en novembre 2018, ce qui pourrait affecter les performances des entreprises.

A plus long terme, elle prévoit qu'une guerre commerciale ouverte entre la Chine et les Etats-Unis pourrait s’intensifier sur certains secteurs comme les TIC.

Dans ce contexte de demande mondiale accrue, la hausse des cours des hydrocarbures conduit Coface à améliorer d’un cran l’évaluation pays du Nigéria, 8e exportateur mondial de pétrole, à C ainsi que les évaluations sectorielles de l’énergie au Brésil («risque moyen»), en Argentine («risque moyen») et au Chili («risque faible»).

La révision à la hausse de l’évaluation de l’Afrique du Sud à B en tient compte aussi, en plus de l’accélération de la reprise économique, qui a dynamisé la production dans les secteurs de la chimie (désormais en «risque moyen») et du papier («risque moyen») ainsi que les ventes dans la distribution («risque moyen»).

A l’inverse, des matières premières plus chères pénalisent les pays importateurs comme la Tunisie dont l’évaluation est dégradée à C.

Ainsi, dans l’évaluation du 1er trimestre 2018, la Caface a procédé au reclassement de trois pays: L’Afrique du Sud (de C à B), le Nigeria de D à C et le Portugal de A3 à A2 alors que trois pays ont vu leurs risques pays dégradés : Le Costa Rica passe de A4 à B, la Suède de A1 à A2 et la Tunisie de B à C.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler