Le ministre israélien de l’Education confirme l’annulation par la Pologne de sa visite à Varsovie

Le ministre israélien de l’Education confirme l’annulation par la Pologne de sa visite à Varsovie

AA/ Jérusalem/ Abdel Ra'uof Arnaout

Le ministre israélien de l’Education, Naftali Bennett, a déclaré que la partie polonaise avait annulé sa visite à Varsovie prévue pour aujourd’hui mardi, en signe de protestation contre ses récentes déclarations contre le gouvernement polonais. Bennett a confirmé ainsi ce qu’ont rapporté des médias israéliens à propos de la nouvelle.

"Le gouvernement polonais a annulé ma visite parce que j'ai mentionné l’implication de la nation polonaise dans le meurtre de près de 200 mille Juifs pendant l'Holocauste. Je garde la tête haute. Que Dieu bénisse le peuple juif", a déclaré Bennett qui dirige le parti national-religieux "HaBayit HaYehudi" (Foyer juif, extrême Droite).

Les relations israélo-polonaises ont été tendues après l’adoption par le Sénat polonais d'une loi qui interdit de tenir Varsovie pour responsable de la "Shoah".

La loi dispose de punir par des peines de prison allant jusqu’à trois ans de réclusion ceux qui attribuent « à la nation ou à l’État polonais » des crimes commis par les nazis allemands sur les territoires polonais, pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). Le projet de loi requiert désormais la signature du président polonais pour qu’il entre en vigueur.

Aux yeux de Bennett "cette décision (annulation de sa visite) prise par le gouvernement polonais représentera une partie importante des leçons relatives à la Shoah".

"Il est vrai que les "camps d'extermination polonais" avaient été mis en place et gérés par les Allemands. Cependant, plusieurs Polonais à travers le pays, avaient rapporté, trahi ou encore participé au meurtre de près de 200 mille Juifs pendant la Shoah et même après", a-t-il renchéri.

"Le gouvernement polonais a choisi d’ignorer ce fait. Toutefois, la législation (polonaise) ne changera jamais le passé", a ajouté Bennett.

Le ministre israélien de l’Education devait rencontrer la vice-Premier ministre polonais, Beata Szydło, et prononcer un discours devant des étudiants, quelques jours après la polémique concernant la loi sur "la Shoah" adoptée par le Sénat polonais.

D’autre part, le ministère israélien des Affaires étrangères, avait annoncé, jeudi dernier, avoir demandé le report d’une visite du chef du Conseil national de sécurité polonais en Israël, en signe de protestation contre le projet de loi adopté par le Sénat et la Chambre des représentants polonais.

Critiquant ce projet de loi, Bennett a déclaré, lundi, lors d’une réunion de son parti : "L’histoire a déjà prouvé l’implication du peuple polonais dans le meurtre des Juifs pendant l’Holocauste".

Et Bennett de conclure : "Le message est clair et net : le passé ne peut pas être réécrit mais nous pourrons écrire l’avenir ensemble".

Selon des critiques, le projet de loi pourrait permettre au gouvernement polonais de nier des cas avérés d’implication de Polonais dans des crimes de guerre.

Par ailleurs, le parti polonais au pouvoir, "Droit et Justice" a déclaré vouloir défendre la réputation de la Pologne, et interdire l'emploi de termes incorrects pour décrire l’histoire du pays.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler