Le ministre turc de la Jeunesse rencontre le père d'Ahed Tamimi à Ramallah

Les autorités israéliennes avaient arrêté Ahed Tamimi dans la nuit du 19 décembre dernier à l'Ouest de Ramallah, après que des médias israéliens avaient diffusé des images de la jeune fille en train de chasser des soldats israéliens devant sa maison

AA - Ramallah - Qays Abu Samra

Le ministre turc de la Jeunesse et des Sports, Osman Askin Bak, a rencontré, mercredi, Bassem Tamimi, le père d'Ahed Tamimi, détenue dans les prisons israéliennes.

Au terme de cette rencontre qui s'est tenue au bureau de l'Agence turque de Coopération et de Coordination (TIKA) à Ramallah, Osman Askin Bak a déclaré à Anadolu qu'il s'est renseigné sur l'état de l'enfant (16 ans) auprès de son père et lui a exprimé le soutien et l'empathie du gouvernement et du peuple turcs.

"L'enfant Ahed est devenue un symbole que la jeunesse turque admire pour sa résistance à l'occupation israélienne, a-t-il assuré. Ahed doit avoir une place à l'école et non dans les prisons et les tribunaux".

Le ministre turc a réclamé aux responsables israéliens la libération d'Ahed.

Bassem Tamimi a, à son tour, déclaré à Anadolu qu' "il est évident qu'il y ait un grand intérêt international et un intérêt turc officiel et populaire vis-à-vis de l'affaire d'Ahed".

Il a indiqué que cette sympathie peut fonctionner dans deux sens.

"Le premier est de faire pression sur Israël pour libérer Ahed, mais ce pays se considère au-dessus de la loi et ne cède pas à la pression", a-t-il avancé avant d'ajouter que cette sympathie peut également conduire à "la constitution d'une opinion publique internationale autour de la question palestinienne et en particulier celle des détenus".

"Tout le monde refuse l'occupation et nous devons continuer la lutte pour vivre librement sur notre terre", a-t-il noté.

Les autorités israéliennes avaient arrêté Ahed Tamimi dans la nuit du 19 décembre dernier, dans la localité de Nabi Saleh, à l'Ouest de Ramallah, dans le centre de la Cisjordanie occupée, après que des médias israéliens avaient diffusé des images de la jeune fille en train de chasser des soldats israéliens devant sa maison.

Depuis son arrestation, la jeune fille est devenue une icône pour "le peuple palestinien et la résistance populaire".

Des dizaines de campagnes de solidarité avec Ahed Tamimi ont été lancées dans plusieurs pays et plusieurs personnalités politiques, religieuses et de défense des droits de ont appelé à sa libération.

Un tribunal israélien a reporté, il y a de ça quelques jours, le procès d'Ahed Tamimi au 13 février.

Il convient de rappeler que le ministre turc de la Jeunesse et des Sports avait participé à la conférence "Jérusalem capitale de la jeunesse islamique 2018" organisée mardi à Ramallah.

Il avait souligné lors de sa participation que son pays, sous la direction du président turc, Recep Tayyip Erdogan, appuie fortement la question de Jérusalem et fournira toutes les formes de soutien nécessaires.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler