Le parti sud-africain au pouvoir adresse un ultimatum au président pour démissionner

Le président Jacob Zuma a 48 heures pour démissionner de son poste ou il sera expulsé: Congrès national africain

AA/ Johannesburg/ Hassan Isilow

Le Congrès national africain (ANC) a donné mardi au président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, 48 heures pour démissionner de ses fonctions, l’avertissant que s'il ne respecte pas l’ultimatum, il sera expulsé, selon la chaîne sud-africaine publique "SABC".

Le comité exécutif national du parti au pouvoir s'est réuni lundi pour discuter de l'avenir de Zuma lors d'une réunion qui a duré huit heures jusqu'au petit matin.

Le nouveau président de l’ANC, Cyril Ramaphosa, et le Secrétaire général Ace Magashule se sont rendus lundi soir à la capitale Pretoria pour livrer la décision du parti à Zuma à sa résidence.

La pression pour démettre Zuma n’a cessé de monter depuis que son adjoint Ramaphosa a été élu chef du parti en décembre 2017.

Les membres de l'ANC ont appelé Zuma à la démission en disant qu'il est devenu un obstacle qui pourrait leur coûter des voix aux élections générales de 2019 s'il n'est pas écarté assez tôt de ses fonctions.

Zuma fait face à 783 accusations criminelles, y compris le blanchiment d'argent, le racket et la fraude liés à un accord d'achat d'armes du gouvernement en 1999.

Pendant ce temps, les partis d'opposition ont appelé à une motion de censure contre le président âgé de 75 ans, dont le mandat a été gâché par plusieurs allégations de corruption.

L'ANC devrait s'adresser aux médias plus tard mardi. Les porte-parole de la présidence et de l'ANC n’ont pas été disponibles dans l’immédiat pour commenter.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler