L’Iran condamne fortement l’attaque militaire contre le territoire syrien

Le Hezbollah libanais a estimé que "l’attaque contre la Syrie fait suite à la dernière agression sioniste contre la Syrie et confirme le soutien occidental aux bandes criminelles et terroristes".

AA / Téhéran, Beyrouth

L’Iran a fortement condamné, samedi, les frappes militaires, dirigées par Washington, Londres et Paris, contre des positions qui seraient liées à l'arsenal chimique du régime syrien.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a indiqué qu’il "condamne fortement l’agression tripartie de Washington et de ses alliés contre le territoire syrien".

Il a mis en garde, dans ce contexte, contre les répercussions régionales et mondiales de cette attaque.

Dans un communiqué rapporté par l’agence de presse iranienne "Fars", le ministère a tenu Washington et ses alliés pour "responsables des conséquences de cette aventure".

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a qualifié ces frappes de "grand crime", a rapporté l’agence de presse iranienne "Irna"(officiel).

"Je déclare franchement que les présidents américain et français ainsi que la Première ministre britannique sont des criminels", a indiqué Khamenei.

Et le leader iranien d’ajouter que tous les trois "ne parviendraient à rien" et qu’ils avaient commis les mêmes crimes, durant les dernières années, en Irak, en Syrie et en Afghanistan, mais, n’ont rien réalisé.

Pour sa part, le parti libanais Hezbollah a condamné, dans un communiqué, l’agression tripartite des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Unis contre la Syrie.

Le Hezbollah a considéré que "l’attaque contre la Syrie fait suite à la dernière agression sioniste contre la Syrie et confirme le soutien occidental aux bandes criminelles et terroristes".

Plus tôt dans la journée, l’agence de presse syrienne "Sana"(officiel) avait qualifié l’attaque militaire menée par Washington, Londres et Paris d''agression tripartite" et a appelé la communauté internationale à la condamner.

Moscou avait également dénoncé, dans plusieurs communiqués, samedi, cette attaque.

Au moins 78 civils avaient été tués et des centaines d’autres blessés, samedi dernier, dans une attaque chimique lancée par le régime syrien sur Douma, dernier bastion de l’opposition dans la Ghouta orientale de Damas, selon les Casques blancs.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler