Mali : La garde nationale perd deux soldats à Gossi

Les deux gardes ont été abattus par des individus armés non identifiés circulant à motos

AA / Bamako / Moussa Bolly

Deux agents de la Garde nationale du Mali ont été tués, dimanche en début de soirée dans la ville de Gossi, Tombouctou, sur l’axe Sévaré-Gao au centre du pays, a appris Anadolu d sources concordantes.

Cette attaque a été confirmée par des sources proches du ministère malien de la Défense et des Anciens combattants.

Selon des témoins, les deux gardes ont été abattus par des individus armés non identifiés circulant à motos, entre le camp de Gossi et la route nationale qui traverse la localité.

La veille, samedi 3 février 2018 aux environs de 20 heures, des présumés terroristes ont également attaqué le poste de la gendarmerie de Mandiakui-Tominian (centre du Mali).

Ils ont été repoussés et ils sont repartis en direction de Benena (frontière Mali et Burkina-Faso) sur des motos et dans des véhicules.

Ces attaques surviennent au lendemain de la décision du Chef d’état-major général des Armées, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, d’interdire la circulation des motos et pick-ups dans certaines circonscriptions des régions de Ségou, Mopti et Tombouctou.

Une décision qui a été officialisée le jeudi 1er février 2018.

Selon l’état-major général des armées, elle découle «d’une volonté de mieux sécuriser les populations».

Il s’agit, a-t-il indiqué dans le communiqué qui a été publié pour la circonstance, de «combattre les actes criminels dont souffrent les populations dans les localités dénommées. Les motos, engins, tricycles et pick-up sont fréquemment utilisés dans les régions concernées pour commettre des crimes contre les populations et contre les forces armées maliennes (Fama) et leurs partenaires».

«Tout usager désireux d’employer lesdits moyens de locomotion, seul ou en groupe, doit se déclarer aux forces armées et de sécurité maliennes à tout moment. Au besoin, des escortes seront mobilisées», a précisé l’état-major général des armées.

Les attaques sont devenus très fréquente au Mali, depuis près de deux semaines. La plus meurtrière a eu lieu le jeudi 22 janvier lorsqu'un véhicule a explosé en passant sur une mine, faisant 26 morts.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler