RDC : Les nouvelles priorités de la Monusco

La nouvelle cheffe de la mission onusienne en RDC, Leila Zerrougui, 61 ans, devra offrir ses "bons offices" en vue de "l’application intégrale de l'accord politique du 31 décembre 2016"

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

La nouvelle représentante "spéciale" du secrétaire général de l'ONU en République Démocratique du Congo et cheffe de la mission onusienne dans ce pays (Monusco) Leila Zerrougui a, officiellement pris ses fonctions, lundi, alors que le pays traverse une méga-crise politique.

Magistrate algérienne et experte juridique en matière de droits de l’homme et en administration de la Justice, Zerrougui, 61 ans devra offrir ses "bons offices" en vue de "l’application intégrale de l'accord politique du 31 décembre 2016", souligne un communiqué de la Monusco parvenu lundi à Anadolu.

Elle devra, en outre et principalement, appuyer le processus électoral qui doit conduire à des élections (présidentielle et législatives) le 23 décembre et soutenir le processus politique dans ce pays, où la crise politique a exacerbé après le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà de son dernier mandat qui a théoriquement pris fin le 19 décembre 2016.

Conclu aux dernières minutes du 31 décembre 2016, entre pouvoir et opposition sous la médiation de l'Église catholique, cet accord énonce les "principes généraux concernant la tenue des élections, le transfert pacifique du pouvoir et la consolidation de la stabilité en RDC", rappelle le texte.

En Janvier dernier, le président congolais Joseph Kabila avait critiqué la Monusco en l'accusant de n'avoir neutralisé "aucun groupe armé" dans la région orientale congolaise constellée d'une centaine de groupes armés et rébellions étrangères.

Kabila avait alors soupçonné la Monusco d'avoir "comme ambition de rester indéfiniment" dans son pays, trois fois plus grand que la Turquie.

Déployée en RDC depuis 1999, la Monusco forte de plus de 16 mille casques bleus est la plus grande et budgétivore mission de maintien de la paix de l'ONU dans le Monde. En décembre dernier, elle a connu la plus grande perte de son histoire.

Quinze casques bleus ont été tués dans une attaque attribuée à des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF), dans le territoire de Beni au Nord-Kivu, province frontalière avec l'Ouganda.

Désigné le 27 décembre dernier par le secrétaire général de l’ONU António Guterres; l'Algérienne Leila Zerrougui a succédé au Nigérien Maman Sidikou, qui était taxé par le principal mouvement citoyen congolais, la Lutte pour le changement (Lucha) "d'incompétence" et de "complaisance" dans la crise politique congolaise.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Diğer Haberler