Utilisation d’armes chimiques en Syrie: Paris s’inquiète d’une "possible disparition des preuves"

Utilisation d’armes chimiques en Syrie: Paris s’inquiète d’une "possible disparition des preuves"

AA/France/Fawzia Azzouz

Le Quai d’Orsay a estimé « très probable que des preuves et des éléments essentiels disparaissent » avant l’arrivée des inspecteurs de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) qui doivent faire la lumière sur l’utilisation d’armes chimiques contre la population de Douma, en Syrie, le 7 avril dernier, selon un communiqué diffusé mardi.

Le ministère des affaires étrangères français indique que le site qui doit être inspecté est « par ailleurs entièrement contrôlé par les armées russe et syrienne » sans possibilité pour les enquêteurs d’y accéder à l’heure actuelle.

La France réclame dans son communiqué un « accès complet, immédiat et sans entrave » au régime syrien et à son allié russe.

« A ce jour, la Russie et la Syrie refusent toujours aux enquêteurs l'accès au site de l'attaque alors que ceux-ci sont arrivés en Syrie le 14 avril dernier. Il est très probable que des preuves et des éléments essentiels disparaissent de ce site, par ailleurs entièrement contrôlé par les armées russes et syriennes » s’inquiète la diplomatie française.

Pour rappel, l’OIAC doit mener des investigations à Douma concernant l’attaque chimique perpétrée par le régime syrien sur les populations locales et qui a conduit à la mort de 78 personnes et des centaines de blessés selon les Casques blancs.

YORUMLARI GÖR ( 0 )
Okuyucu Yorumları 0 yorum
Diğer Haberler